Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Carine ALLAIN
  • Carine ALLAIN
  • : Et si la Vie n'était que le Je que l'on aime jouer? Alors Soyons, Aimons et surtout, Jouons :)
  • Contact

Liste D'articles

  • LIEN NOUVEAU SITE
    NOUVEAU SITE ACTE et SENS Stages et prises de RDV CLIQUEZ ICI
  • Changement de Blog
    La suite sur Lettres à Soi http://lettresasoi.over-blog.com/ Au plaisir de vous retrouver sur ce nouvel espace de partage et de Joie. N'hésitez pas à vous y inscrire sur la nouvelle newsletter ou sur mon profil Facebook "les chemins du soi" afin de vous...
  • Goutte de mercure qui danse
    Le Mère-Cure :) tout est une question de rythme! http://www.youtube.com/watch?v=MperC7ySjSU Dansez bien!
  • Structure Tétraédrique Humaine
    C'est la première fois qu'en séance je visualise chez quelqu'un une structure en forme de pyramide à trois côtés: les changements de formes semblent vraiment de plus en plus concrets. D'habitude, elles m'apparaissent sous la forme de cases, c'est généralement...
  • Les petits pois et les pois chiches
    Je vais vous parler d'une petite histoire qui m'est venue, qui peut ressembler à une fable: celle des petits pois et des pois chiches. Autant vous le dire de suite, j'aime les petits pois et les pois chiches, mais on va passer par ces deux images pour...
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 17:46

 

Retour sur un petit voyage de trois semaines au Canada, tout à fait anodin ;-)

 

Bien entendu, il y avait un thème: aller reconnecter nos ancêtres! de prime abord, j'ai pas de famille au Canada, enfin pas directe et je ne les connais pas... mais c'est comme pour tout le monde: dans nos arbres, il y a forcément un africain et... un canadien!

Ben oui, il y a là bas un nombre d'expatriés au départ assez incalculable, de toutes nations. Et des locaux, les amérindiens. Bref, tout un programme!

 

Et ce beau programme commence par 2 semaines sur les routes Québéquoises, pour parcourir quelques 4500 km, allant des chutes du Niagara à la Gaspésie (juste pour donner une idée via une carte de ce qui a été parcouru).

Bien entendu, un tel périple peu se faire de deux manières: bien dans la matière, ou bien, en diffusant, et là, c'est la première option qui a été choisie! bon, on va pas se la jouer, y'a bien des moments où aller chercher une info ou diffuser n'a pas été fait, mais cela n'était pas le but du voyage. Mais c'est toujours tellement amusant de savoir, surtout pour nos petits mentals ;-)Donc troisième solution pour nous!

Par contre, une question: pourquoi on diffuse toujours quand ça va pas??? va falloir que j'essaie de voir ce que ça fait quand tout va bien ;-)

 

Je vais pas décrire ces 2 semaines dans le détail, il m'en faudrait encore deux, mais ce que je note sur ce pays, c'est vraiment ces étendues d'eau et sa végétation. Pas une seule journée écoulée sans longer une petite rivière ou une 'mer', appercevoir une cascade, un lac ou un marécage! de l'eau, de l'eau et de l'eau! et des arbres, des forêts même en bordure d'autoroute! bon, et des églises, toutes catégories religieuses confondues...

 

Quand on me demande ce que j'ai préféré, c'est pas difficile: tout! mais surtout Tadoussac, qui me faisait rêver puisque c'était le but pour moi de ce voyage: aller à la rencontre des bélugas et des baleines!

On a diffusé d'ailleurs pas mal avant de partir sur ce thème, parce que l'info était que nous n'en verrions pas (ça peut arriver...), mais on a fait sauter le prob! c'était pour moi le but fantastique de ma vie, alors fallait pas que ça arrive, sinon je n'en aurais plus, mdr! simplement se dire que le but n'est pas important, que c'est le chemin! et que si je les voyais, je pouvait remmettre un autre but (c'est pas mal les kangourou en Australie, non?) ou me dire que chaque rencontre peut être merveilleuse et différente à chaque fois (bon, je retourne à Tadoussac les revoir!).

Parce que effectivement, tout a été parfait: des belugas (c'est d'ailleurs un beluga que j'ai vu en premier!), des rorquals de toute taille (dans la brume comme sous temps couvert, c'est magique!), et même le coucou lointain des trois baleines bleues qui nous ont fait l'immense joie de venir souffler pas loin de nous! bref, belle création, belles rencontres, et j'en veux encore (suis une gourmande!).

J'ai adoré aussi ma jolie rencontre avec un petit tic et tac, avec les écureuils, comme quoi, c'est vraiment simple la vie quand on sait regarder et apprécier sur le moment ;-)

Tout a été grandiose: les villes (bon, pas montréal la première fois, j'ai eu du mal...les jambes... oups, c'est vrai, on partait reconnecter nos ancêtres...), les routes (même celles sans goudron et avec tout pleins de travaux! c'est la grande spécialité des québéquois!), les maisons (presque toutes en bois, et en couleurs), les panneaux de signalisation (" les animaux ne sont pas que sur les panneaux") et certaines pubs ("les hommes aiment la bière fraiche et autre chose").

On a visité beaucoup d'endroit, et bougé à chaque foi. Et chacun a sa manière, et en fonction des lieux, avec de jolis miroirs. Simple dans la matière comme dans le spirituel, en appréciant chaque chose et en nous aidant de nos petites intuitions à nous. Les deux vont très bien ensemble ;-)

 

Et la troisième semaine? là, c'était vraiment la partie stage, avec JP et une journée en coanimation JP/ Chris. Sur un super site amérindien qui nous a tout bien pris aux trippes ;-)

Enfin, moi et mon fiston, qui m'a rappellé à l'ordre puisque je suis un de ses ancêtres, mdr!

Ben oui, c'est qu'on l'oublie: descendant de nos ancêtres à qui nous donnons monts et merveilles ou hires et reproches, nous sommes nous même des ascendants. Et pour ceux qui disent: je n'en ai pas, je réponds de suite: vous faites partie d'un arbre, donc même en tant que cousin éloigné vous êtes l'ancêtre de quelqu'un ;-)

Ce stage, je l'ai vécu assez en rapport avec cela, et avec une très grande nécessité de me retrouver face à mon descendant, et face à moi même... aie, diffusion certe, belles aides et belles âmes en mirroir, certe, mais dans la matière encore et toujours!

Un beau bilan pour moi:

  • reconnecter ma colère et ma haine: je sais, ça fait pas très zen, ou magicospiritueux, mais c'est ce que nous avons tous en nous en tant qu'humain. Se dire: oui et alors? et poser cette question: qu'est ce que cela m'apprends sur moi, sur mon Soi et sur ce que je suis venue vivre ici et maintenant. Juste une indication de plus de ce que je suis. Mettre cela en dehors de soi, c'est refuser sa dualité et son humanité, c'est refuser d'aller voir qui on est (né). Alors oui, colère et haine sont peut être de la même énergie que l'amour au départ, mais les accepter et les écouter (non pas les refouler et les faire taire), c'est un pas de plus vers s'accepter et se comprendre. Qu'est ce que cela change? quand je suis en colère, je l'exprime (ça, ça change pas, faut bien vivre!), mais je peux l'accepter et aller chercher les raisons de cette colère pour me comprendre et avancer. Affaire à suivre ;-)
  • accepter mon besoin d'être seule avec... moi!!! de jolis moments (j'avais déjà commencé lors des 2 premières semaines, en allant faire le tour du lac Pink pendant que les autres allaient prendre un petit déj), et même, une superbe méditation (moi qui n'en fait jamais, suis encore toute retournée!) et qq infos.

Je suis dans la forêts, sur un tapis de mousse (super idéal je le conçois)

Je vois les cycles des plantes: les champignons qui grandissent sous terre et ne sortent que pour se 'reproduire, les fougères qui meurent et reviennent chaque année... mais ce sont les grand pins qui m'attirent: seul leur cime est verte, les branches plus basses sont 'mortes', certaines mêmes ne sont plus là (il ne reste alors sur le tron que la marque de leur présence)... et me vient l'info que chaque branche est une expérience de l'arbre. Une expérience vécue, qui est finie. Comme elle est vécue et finie, l'expérience ne sert plus, l'arbre ne l'alimente plus: il grandit et fait une nouvelle branche plus haut. Pas la peine de traduire non?

 

  • bon, et les ancêtres dans tout cela???

Notre hôte est amérindien, et il raconte son histoire, ses coutumes et ses 'croyances avec beaucoup d'amour, et une chose m'interpelle dès les départ: il raconte le passé en disant 'nous', comme s'il s'incluait dedant... moi, je parle de 'mes ancêtres', pas de 'nous'...

Une autre chose: le lieux est présanté comme amérindien, mais on se sents tous chez les trappeurs... ce sont les maisons longues amérindiennes, les peaux de bêtes, qui nous ramènent à cela, malgrès les deux tippy pas loin... ambiance connue, que je retrouve aussi dans les récits de notre hôte: la fondation du monde, avec une légende d'animaux qui parlent par exemple et deux jumeaux qui finissent par s'entre tuer... ça fait écho en moi, dans une sensation de déjà entendu... xhez les grèques ou dans la bible... à moins que ce ne soit une fable de la fontaine... en tous les cas, vraiment déjà entendu...

 

Le bilan, c'est autout d'un feu de camp qu'il sera fait avec tout le monde:

  • rendre l'histoire à nos ancêtre et l'accepter comme une fondation sur laquelle nous devons écrire notre propre histoire. Vouloir retenir les anciennes coutumes, c'est coninuer à écrire une histoire déjà écrite, et refuser quelque part le plan qui est le notre.
  • Idéaliser son arbre: c'est mettre un idéal et vouloir s'y tenir, avec à la clef, ce fameux désir de perfection: "Nos ancêtres parfaits, nous devons être parfaits pour l'arbre, et pour que nos descendants nous voient  comme parfaitement parfaits". A l'inverse: refuser son arbre, c'est refuser les fondations de ce que nous sommes venus batir (leçon iralandaise pour moi,, puisque j'y avait fait l'expérience de ne plus avoir d'énergie dans les jambes pour avancer).

L'histoire est nos fondations, inutile de la reproduire puisque ce n'est pas la notre. Connaitre ses racines et accepter de construire la suite, de construite sa propre maison.

Et accepter le vrai role d'ancetre que nous sommes: des fondations pour nos descendants qui doivent eux aussi écrire leur propre histoire et construire leur maison d'après leurs plan (et pas les notre).

  • Allé, un peu de bouillie mentale: et l'évolution dans tout cela? voyons la co-évolution au niveau d'un arbre généalogique, qui fait évoluer l'autre... je bouge, je fais bouger mes ancêtres. Mes ancêtres en bougeant eux, font bouger la descendance... donc moi... c'est aussi ça la co-évolution ;-)

 

 

Le bilan arrive à une certaine constatation aussi: où est notre maison?

Le stage, les énergies, pourquoi ce désir de partir loin pour faire et vivre les choses?

Parce que c'est cela qu'ont fait les Canadiens (hors amériendiens). Et que nous avons connecté pendant ces trois semaines. N'y a t il pas pareil là où on pose nos maison, pour nous en France?

Pour moi, il est évident que ce travail aurait pû être fait en France, parce que les énergies viennent quand on les demande, et de façons approprié (faut juste préciser).

Mais toujours se demander: "est ce que c'est le plus intéressant pour moi", et surtout "qu'est ce que j'ai envie!".

 

Et juste un dernier texte écrit là bas.

"Les sens des sens
L'essence des sens

Nous avons 5 sens qui permettent l'exploration de la vie, et l'expression du Soi

  • La vue pour visualise ce que nous créons, voir la direction. Souvent très mental à notre époque, nous nous préparons à voir uniquement ce que nous sommes prêts à croire, et nous ne croyons que ce que l'on nous a permis de croire!.. Hum...
  • Le goût, gouter à la vie, gouter l'air autant que la pomme que nous voulons vraiment croquer sans reconnaitre les dents (l'aidant). On pense que c'est un sens uniquement relié au fait de se nourrir, mais on peut aussi apprécier le goût de chaque chose et du coup, savoir reconnaitre par le gout, et expérimenter la matière.
  • Le toucher, c tout- chers, savoir reconnaitre ce qui est nous de ce qui ne l'est pas, et aussi, reconnaitre le monde qui nous entoure dans ses textures et ses armatures. C le 'tout qui nous est cher' parce que c par là que nous aimons aussi la vie, ou la tampons quand nous la refusons. C amusant de dire que l'on sent par la peau ;-) ou qu'on ressent qq ch chose par là! Connection au coeur par les sens du toucher, on touche l'autre quand on l'aime, et on est touché parce que l'on aime.
  • L'odorat, sentir, se sentir, humer la vie, la laisser nous pénétrer pour perpétrer sans l'immensite de nos vies (désavouées). Je re-sent, c apprendre que chaque inspiration est nouvelle, qu'a chaque fois que ce sens est en éveil, nous re-apprenons l'intérieur de Soi. Sa chimie change, les molécules vibrent et bougent. Chaque nouvelle odeur ramène a la complexité de nos expérience, et aident a changer ce que nous avons a apprendre et a vivre. 
  • l'ouie, engendrée la vie, s'entendre Soi, s'entendre avec la vie. Les sons faits pour résonner et nous faire bouger dans ces expériences données et crées. On peut entendre la direction a porter a nos pas, entendre le son qui nous permet de trouver sa voix. Relier avec la voix, le parlé: j,entends, je parle; je parle j'entends. J'exprime, souffle de l'intérieur vers l'extérieur. J'ecoute, vibration de l'extérieur vers l'intérieur. Qui respire, qui vibre?


Les sens de sa vie, les sens de la vie, autrui est Soi, même dans l'oubli.
Cherche ton miroir, par tous tes sens, et apprends a chaque pas, quel sens tu veux utiliser et quel sens tu es capables de réaliser."

 

  IMG_7236.JPG

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cheminsdusoi - dans articles
commenter cet article

commentaires

Gruffaz 26/09/2011 10:41


Je suis très touchée par ton récit. Merci Karine.